All for Joomla All for Webmasters

 La visualisation dans la BNC est une modification des exercices de visualisation habituel : l'adaptation est la base de la Boxe Non-Codifiée.

     Voyons maintenant la visualisation dans les sports de combat. Pour cela, je m’inspire de divers travaux (notamment celui d’Aymeric Guillot : « visualisation en sport de combat » qui m’a servi pour la préparation de mes boxeurs au combat en 2014-2015).

 

Lors de la prépa technique au combat, nous sommes obligés de passer un très long moment à répéter inlassablement les mêmes mouvements et cela, d’une manière la plus « technique » possible.

Comment travailler la technique ? J’ai parlé de répéter les mouvements inlassablement des mouvements. Cependant, ne croyez pas que ce soit simple. Le plus difficile est de travailler encore et encore des techniques. Il faut les détailler, les imaginer, les vivres. C’est à cela que sert la visualisation.

 

Il faut imaginer mentalement une action ou un enchaînement d’actions. En revanche, il faut réellement imaginer l’action. Il faut se la représenter d’une manière la plus exacte possible.

Ok très bien, nous allons visualiser. Cependant, qu’est-ce que cela change dans notre pratique ? Concrètement ? Visualiser une victoire vous comble de bonheur. Visualiser une technique… Bon ok ce n’est pas super motivant… Cependant, c’est ce que vous allez devoir faire : vous voir réaliser la technique, avec une précision et une vitesse parfaite. Ensuite, vous allez l’exécuter réellement dans le vide puis, avec partenaire.

  • Il faut comprendre que, lors d’un combat, nous ne réfléchissons pas aux techniques, nous les vivons. Et ce sont des mécanismes que nous ne contrôlons pas directement. Si nous sommes bien préparé, en revanche, nous aurons des automatismes qui permettront de réagir malgré l’état de stress du combat.

 

La visualisation peut servir en prépa pour une compétition (vous pouvez voir ma préparation au combat ICI) mais aussi, tout simplement pour la pratique personnelle.

Dans quel cadre je la préconise à mes boxeurs ? Disons dans tous les cas. Mes boxeurs l’utilisent pour revoir un mouvement et enchaînement existant, pour en apprendre un nouveau et surtout, pour se préparer au combat.

 

Comment est-ce que je l’enseigne à mes boxeurs : version rapide (je vous ferais la version longue en vidéo). Tout d’abord, vous devez essayer un mouvement. Puis imaginez-le dans votre tête, ressentez la puissance, la vitesse et toute les sensations qui sont présentes lorsque vous boxez. Ensuite, recommencez le mouvement « en vrai » en fermant les yeux (selon la technique !) puis yeux ouvert. Ensuite, retour sur le mouvement. Cela veut dire de réfléchir à la différence entre votre mouvement réel et celui « imaginaire ». Pour aller plus loin, vous faîtes une visualisation après le mouvement pour corriger celui-ci. Et ainsi de suite. C’est long, c’est difficile mais c’est efficace. La visualisation m’a permis de réaliser certains coups de pieds acrobatiques par exemple de mon côté faible. Cependant, sachez qu’il va falloir faire preuve de rigueur car la visualisation peut être inefficace ou pire, défavorable si elle est mal pratiquée.

 

Ensuite, la préparation au combat. La visualisation va être extrêmement favorable au combattant si elle est bien pratiquée. J’aime utiliser les vidéos pour travailler cela. Filmer-vous et si possible, filmez vos adversaires (en général vous ne savez pas en avance qui vous affrontez). Il est vrai que nous, entraîneurs, utilisons généralement les vidéos pour corriger les points faibles de nos boxeurs et travailler les points forts tout en corrigeant certains points importants (posture,…). Il faut étudier vos mouvements, vos déplacements, vos réactions.

Guillot, dans son ouvrage cité plus haut parle de « conditionnement ». Je ne me souviens plus dans quel contexte cependant, j’aime utiliser cette métaphore car c’est vraiment un conditionnement. Je conditionne mes boxeurs au combat, à vaincre, à ne pas abandonner : à être un champion. Vous pouvez donc faire ça vous aussi, quel que soit votre objectif. C’est une véritable routine qui se met en place.

 

Attention à ne jamais oublier que la visualisation doit être positive.

 

Enfin, j’aimerais aborder un dernier point qui touche exactement l’essence de la Boxe Non-Codifiée : la gestion du stress lors d’une agression. Nous pouvons nous entraîner constamment, jamais nous serons prêt à affronter une agression : c’est impossible ! En revanche, nous pouvons nous entraîner encore et encore à être confronté à des mini-agressions (des combats non-codifiées avec plusieurs adversaires).

 

 BHC

Évaluer cet élément
(3 Votes)

Plus dans cette catégorie :

C'est gratuit

Abonnez-vous pour recevoir des conseils gratuits régulièrement pour vivre vos rêves

captcha

Faire un don

Ce site est entièrement gratuit, merci pour votre soutien



Présentation

Suivez nous sur Facebook

Aller au haut